W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

ARTICLE RECOMMANDE: Le hijab dans la Bible et la Torah (partie 1 de 2): Le hijab au sein des différentes dénominations chrétiennes

 

Le mot hijab
signifie voiler, couvrir, cacher. Et il va au-del dun simple code
vestimentaire; il touche galement aux limites morales et au respect de la
femme. Il joue un rle dans la cohsion dune communaut et dans le
comportement modeste. De nos jours, le mot hijab est devenu synonyme de
foulard. Sa signification fait parfois rfrence certaines normes
vestimentaires culturelles telles la burqa, en Afghanistan, le tchador, en Iran
et le shalwar kamis, au Pakistan. Le hijab revt donc plusieurs
significations, mais dans ces deux articles, nous ferons surtout rfrence au
fait de se couvrir la tte et au hijab tel que dcrit dans la Bible et la Torah.

Les premiers crits historiques faisant
rfrence au fait de se couvrir la tte, pour les femmes, remontent aux textes
lgaux assyriens du 13e sicle avant J.-C. Seules les femmes de la
noblesse se couvraient alors la tte. Il tait interdit aux prostitues, aux
esclaves et aux femmes pauvres de faire de mme. Il existe des traces crites
faisant rfrence divers couvre-chefs, chez les femmes, au sein des empires
grec et romain. Rome, se couvrir la tte tait associ la prire et la
dvotion, tandis quen Grce, certaines poteries et sculptures de lpoque
mnent croire que les femmes juges respectables se couvraient la tte pour
sortir de chez elles. Au fur et mesure des dcouvertes historiques et
archologiques, les opinions sur le sujet varient, mais il demeure certain que
le fait de se couvrir la tte, chez les femmes, tait bel et bien une ralit
de lpoque.

Fait intressant, les versets bibliques
auxquels font rfrence les chrtiens pour justifier que les femmes doivent se
couvrir la tte, particulirement en prire ou lglise, viennent des lettres
de Paul aux Corinthiens. Corinthe tait une ville situe sur la pninsule du
sud de la Grce et faisait partie de lempire Romain lpoque o ces lettres
furent crites. Comme on y trouvait un mlange de cultures, grecque, romaine
et juive, il est pertinent de se demander quelles normes culturelles dominaient
alors.

1Corinthiens 11:5 dit :  Mais si une
femme prie ou prophtise la tte non couverte, elle outrage son chef elle,
car elle se place ainsi sur le mme plan qu’une femme tondue
.  Les femmes chrtiennes
dautrefois se couvraient la tte non seulement lglise, mais aussi en
public, et elles perpturent cette pratique jusquaux 19e et 20e
sicles (selon les pays), avant quelle ne dcline rapidement par la suite.

Corinthe et travers lhistoire du
christianisme, le fait de se couvrir la tte tait considr comme un signe de
soumission lautorit, Dieu et au mari (cest toujours le cas chez
certaines dnominations chrtiennes). Les chrtiens du second sicle, en
gypte, furent exhorts, par le thologien Clment,   se rendre
lglise dcemment vtus, dun pas naturel, en silence, avec un amour sincre,
un corps et un cur purs, prts prier Dieu. Que la femme respecte en plus
cette rgle : quelle soit entirement couverte, moins quelle ne soit
dans sa maison. Car cette faon de se vtir est austre et la protge des
regards. Et elle ne doit jamais fauter ni inviter les autres fauter en
dcouvrant son visage. Tel est le souhait de Dieu, quelle prie en tant
voile. [1]

Les racines historiques du voile en
Europe occidentale remontent lempire byzantin, o lon attribuait un haut
rang social aux familles dont les femmes se voilaient la tte. Au Moyen-ge,
il tait de coutume, chez les femmes maries, de couvrir leurs cheveux de
diffrentes manires. Des peintures de femmes urbaines, en Europe occidentale,
montrent souvent des femmes dont seuls le visage et les mains sont dcouverts.
lpoque, les ouvrires et les paysannes qui ne se couvraient pas taient
considres comme  faciles . On retrouve galement ce caractre
 non-respectable  des femmes dcouvertes dans le Coran, qui affirme
que le fait de se couvrir est un signe de dignit pour les croyantes.

  Prophte! Dis tes pouses, tes
filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voiles
[lorsquelles se dplacent lextrieur]. Elles en seront plus aisment
reconnues et viteront dtre importunes.  (Coran
33:59)

Lorsquune
chrtienne dcide dentrer chez les surs, on dit quelle  prend le
voile . travers lhistoire chrtienne, les religieuses ont toujours
t facilement reconnaissables grce leurs habits particuliers, qui
ressemblent ceux des musulmanes. lpoque mdivale, en Occident, les
femmes maries couvraient habituellement leurs cheveux lextrieur de leur
maison. Cest ainsi quon leur accordait le mme respect que lon accordait
aux religieuses, qui se vtaient de faon modeste.

Certains indices suggrent que le fait
de se couvrir la tte, en Espagne, fut influenc par la prsence des musulmans en
Andalousie et par les musulmanes de lAfrique du Nord voisine. La mantille,
cette petite charpe de dentelle qui tait dusage, entre autres, dans
lEspagne de la fin du 16e sicle, tait presque toujours utilise
lors des messes catholiques travers le monde. La reine Isabelle II
encourageait dailleurs son usage, tant lintrieur qu lextrieur de lglise.
Aprs son abdication, en 1870, lusage de la mantille devint largement limit
aux occasions formelles et la messe. trangement, lobligation, pour les
femmes, de se couvrir la tte lglise ne fut introduit, dans le droit canon,
quen 1917. Jusquen 1983, lglise catholique exigeait que les femmes se
couvrent la tte en entrant dans une glise. Avant 1917, une telle loi
nexistait pas, mme sil tait dusage pour les femmes de se couvrir la tte.

Bien que lusage du voile et des
charpes ait grandement diminu, certaines dnominations chrtiennes limposent
encore. Durant prs de 2000 ans, les femmes orthodoxes, fussent-elles
grecques, serbes, russes, gyptiennes ou syriennes, sont alles lglise la
tte couverte. Lglise orthodoxe universelle impose un code vestimentaire
visant viter les distractions durant la prire. En Albanie, les chrtiennes
portent souvent de grands voiles blancs et dans les btiments de lglise
orthodoxe albanaise, les femmes sont spares des hommes par des cloisons en
treillis. Enfin, chez plusieurs petites dnominations protestantes, les femmes
se couvrent la tte. On pense, ici, aux Amish, aux Mennonites et aux Huttrites,
entre autres. Dans ces dnominations protestantes, mme sil ny a pas de
texte officiel imposant de se couvrir la tte, plusieurs femmes dcident de le
faire sur la base de leur comprhension de 1Corinthiens 11. Par ailleurs,
certaines catholiques choisissent de se couvrir la tte pour imiter la Vierge
Marie. Cette dernire couvrait ses cheveux par respect pour la coutume juive
de lpoque et nous jetterons un coup dil aux coutumes vestimentaires judaques
dans le prochain article.


Note de bas de page:

[1] Clment dAlexandrie, Paedagogus [Linstructeur], Livre III. Chapitre
XI.

 

Related Posts

  • No Related Posts