W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

ARTICLE RECOMMANDE: Mystères religieux 101 : la crucifixion

 

De tous les mystres chrtiens, nul noccupe
un rang aussi lev que le concept de la crucifixion de Jsus et de son
sacrifice expiatoire. En fait, les chrtiens font entirement reposer leur
salut sur cette seule et unique doctrine. Et si cela a vraiment eu lieu, ne
devrions-nous pas tous faire comme eux?

Enfin si cela a vraiment
eu lieu.

Maintenant, je ne sais pas pour
vous, mais le concept de Jsus ayant expi les pchs de lhumanit mapparat
fort intressant. Ne le devrait-il pas? Si nous arrivons croire quune
autre personne a expi tous nos pchs et que nous pouvons aller au Paradis
uniquement en y croyant, ne devrions-nous pas tous, immdiatement, conclure ce
march?

Si cela a vraiment eu
lieu videmment.

Alors voyons cela de plus
prs. On nous dit que Jsus fut crucifi. Mais l encore, on nous dit
beaucoup de choses qui savrent fausses ou douteuses, par la suite; alors
vrifions ce fait, juste pour nous rassurer.

Commenons par interroger les
tmoins. Interrogeons les auteurs des vangiles.

Oups! Il y a un problme :
nous ne savons pas qui sont ces auteurs. Voil un mystre chrtien beaucoup
moins populaire (beauuuucoup moins populaire) : les auteurs des quatre
vangiles du Nouveau Testament sont en ralit anonymes.[1] Personne ne sait qui
les a crits. Graham Stanton nous dit :  Contrairement la
plupart des crits grco-romains, les vangiles sont anonymes. Les titres
portant le nom dun auteur ( Lvangile selon) nont jamais fait partie
des manuscrits originaux; ils ne furent ajouts quau dbut du deuxime
sicle. [2]

Ajouts au deuxime sicle?
Par qui? Croyez-le ou non, par des gens qui sont eux aussi anonymes.

Mais oublions tout cela. Aprs
tout, les vangiles font partie de la Bible, alors nous devons les respecter
comme critures, nest-ce pas?

Nest-ce pas?

Eh bien, peut-tre pas. Car il
se trouve que The Interpreters Dictionary of Bible (dictionnaire
dinterprtation de la Bible) affirme :  Nous pouvons affirmer
coup sr quil ny a pas une seule phrase, dans le Nouveau Testament, pour
laquelle la tradition manuscrite est totalement identique. [3] Ajoutez cela les
paroles maintenant clbres de Bart D. Ehrman :  Il est probablement
plus simple de prsenter le problme en termes comparatifs : il y a plus
de diffrences entre nos manuscrits quil ny a de mots dans le Nouveau
Testament. [4]

Imaginez! Dun ct, nous
avons Matthieu, Marc, Luc et Jean qui nous disent oh, excusez-moi : je
voulais dire que nous avons anonyme, anonyme, anonyme et anonyme qui nous
disent euh, quoi? Que nous disent-ils? Quils narrivent mme pas
sentendre sur ce que Jsus portait, buvait, disait ou faisait? Aprs tout, Matthieu
27:28 nous dit que les soldats romains vtirent Jsus dune robe carlate.
Mais Jean 19:2 nous dit quelle tait pourpre. Matthieu 27:34 dit que les
Romains donnrent Jsus du vin ml de fiel, mais selon Marc 15:23, il tait
plutt ml de myrrhe. Marc 15:25 nous dit que Jsus fut crucifi avant la
troisime heure, mais 19:14-15 affirme que ctait vers la sixime heure. Luc
23:46 dit que les dernires paroles de Jsus furent :  Pre, je
remets mon esprit entre Tes mains , mais selon Jean 19:30, Jsus aurait
plutt dit :  Tout est accompli. 

Mais attendez un instant. Il
me semble que les fidles disciples de Jsus auraient t pendus ses lvres
et bu ses paroles. Pourtant, Marc 14:50 nous apprend que tous ses disciples abandonnrent
Jsus dans le jardin de Gethsman. Mais il semble que certaines personnes
probablement pas des disciples, mais des personnes anonymes, il va de soi ne
ratrent aucune de ses paroles, mais entendirent chacune des paroles
diffrentes.

Croyez-le ou non, aprs cette
scne, les vangiles se contredisent de plus en plus.

Aprs la prtendue
rsurrection, il devient presque impossible de trouver une quelconque
information sur laquelle les quatre vangiles concordent. Par exemple :

Qui se rendit au tombeau?

Matthieu : 
 Marie-Madeleine et lautre Marie. 

Marc :
 Marie-Madeleine, Marie, la mre de Jacques, et Salom. 

Luc :  Les femmes
qui taient venues avec lui de Galile  et  quelques autres femmes. 

Jean :
 Marie-Madeleine 

 

Pourquoi allrent-elles au
tombeau?

Matthieu :  Pour
voir le tombeau. 

Marc : Elles  achetrent
des huiles aromatiques pour embaumer le corps de Jsus. 

Luc : Elles  apportrent
des huiles aromatiques. 

Jean : ne donne aucune
raison.

 

Y eut-il un tremblement de
terre? (Quelque chose que nulle personne, proximit, naurait pu rater ni
oublier par la suite.)

Matthieu : oui

Marc : aucune mention

Luc : aucune mention

Jean : aucune mention

 

Un ange est-il descendu? (Allons,
tout de mme : un ange! Pouvons-nous croire un instant que trois dentre
eux aient rat cet vnement?)

Matthieu : oui

Marc : aucune mention

Luc : aucune mention

Jean : aucune mention

 

Qui poussa la pierre?

Matthieu : Lange (celui
que les trois autres anonymes nont pas vu…).

Marc : aucune mention

Luc : aucune mention

Jean : aucune mention

 

Qui se trouvait au tombeau?

Matthieu :  un
ange 

Marc :  un jeune
homme 

Luc :  deux
hommes 

Jean :  deux
anges 

 

O se tenaient-ils?

Matthieu : Lange tait
assis sur la pierre, lextrieur du tombeau.

Marc : Le jeune homme
tait dans le tombeau,  assis du ct droit .

Luc : Les deux hommes
taient lintrieur du tombeau, debout.

Jean : Les deux anges
taient  assis, lun la tte et lautre au pied de lendroit o le
corps de Jsus avait repos .

 

Qui vit Jsus en premier et o?

Matthieu : Marie-Madeleine
et  lautre Marie , sur la route quelles empruntaient pour aller
retrouver les disciples.

Marc : Marie-Madeleine
seulement et il ne mentionne pas o.

Luc : Deux des disciples,
en route vers  un village appel Emmas, environ sept milles de
Jrusalem. 

Jean : Marie-Madeleine,
lextrieur du tombeau.

 

Alors o va-t-on avec tout a?
On ne peut que se demander si cest l lide des critures que se font
certaines personnes?

Les chrtiens nous disent que
Jsus est mort pour nos pchs. Imaginez une conversation entre un monothiste
et un trinitaire :

Monothiste : Alors, vous
croyez que Dieu est mort?

Trinitaire : Non, non, loin
de moi cette pense. Seul lhomme est mort.

Monothiste : Dans ce cas,
le sacrifice navait pas besoin dtre divin, si cest seulement lhomme qui
est mort.

Trinitaire : Non, non,
non. Cest lhomme qui est mort, mais Jsus/Dieu devait souffrir sur la croix
pour racheter nos pchs.

Monothiste : Que
voulez-vous dire par  devait ? Dieu na aucune obligation.

Trinitaire : Dieu avait
besoin dun sacrifice et un tre humain ordinaire ntait pas suffisant. Il
avait besoin dun sacrifice qui soit assez grand pour racheter les pchs de
lhumanit, alors Il a envoy se faire crucifier Son fils unique.

Monothiste : Alors vous
et moi avons une ide diffrente de Dieu. Le Dieu auquel je crois na aucun
besoin. Il ne Lui arrive jamais de ne pas pouvoir faire une chose parce quIl
a besoin de quelque chose dautre pour la raliser. Jamais Il ne dit :
 Jaimerais faire telle chose, mais Je ne peux pas. Jai dabord besoin
de telle autre chose. Voyons o Je peux trouver cela . Dans un tel scnario,
Dieu est dpendant de toute entit apte satisfaire Son besoin. Autrement
dit, Dieu, dans ce cas, aurait besoin dune divinit suprieure Lui (!). Pour
un monothiste, une telle chose est absolument impossible, car Dieu est Un,
Suprme, Il Se suffit Lui-mme et Il est la source de toute cration.
Lhumanit a des besoins, mais pas Dieu. Nous avons besoin de Sa sagesse, de
Sa misricorde et de Son pardon, mais Lui na besoin de rien en
change. Il souhaite et sattend de la soumission et de ladoration, de
notre part, mais Il nen a pas besoin.

Trinitaire : Cest
exactement cela : Dieu nous demande de Ladorer et nous le faisons par la
prire. Mais Dieu est pur et saint, tandis que lhomme est un pcheur.
Lhomme ne peut approcher Dieu de manire directe cause de ses pchs, qui le
rendent impur. Cest pourquoi nous avons besoin dun intercesseur pour
communiquer avec Lui.

Monothiste: Question: Jsus
a-t-il jamais pch?

Trinitaire : Non, il tait
sans pchs.

Monothiste : quel point
tait-il pur?

Trinitaire : Jsus? Il
tait pur 100%. Il tait Dieu/Fils de Dieu, alors il tait pur 100%.

Monothiste : Dans ce cas,
on ne peut pas approcher Jsus directement non plus. Votre prmisse est que
lhomme ne peut prier Dieu directement parce que ses pchs sont incompatibles
avec la puret de tout tre qui est saint et pur 100%. Si Jsus est pur
100%, alors vous ne pouvez pas plus lapprocher que vous ne pouvez approcher
Dieu. Par ailleurs, si Jsus ntait pas pur 100%, alors lui non plus ne
pourrait approcher Dieu directement (et encore moins tre Dieu, fils de Dieu ou
associ de Dieu).

Si je peux me permettre une
analogie, cest comme quelquun qui sen va rencontrer un homme trs vertueux,
disons la personne vivante la plus sainte qui soit, dont la saintet irradie de
tout son tre. Vous vous rendez donc chez lui, mais on vous dit que le
 saint  ne peut vous rencontrer, car il ne peut supporter de se
trouver dans la mme pice quun mortel entach par le pch. Vous pouvez
parler avec son secrtaire, mais le saint lui-mme? Bonne chance! Il est bien
trop saint pour sasseoir avec vous, un tre infrieur. Alors, quen
pensez-vous? Vous semble-t-il vraiment saint? Ou fou?

Le gros bon sens nous dit que
les personnes  saintes  sont parfaitement approchables et en fait,
que plus elles sont  saintes , plus elles devraient tre
approchables. Alors pourquoi lhomme aurait-il besoin dun intercesseur pour
communiquer avec Dieu? Et pourquoi Dieu exigerait-Il le sacrifice de celui que
les chrtiens appellent Son  fils unique  quand, selon Ose
6:6, Dieu dit :  Car je prends plaisir l’amour bien plus qu’aux
sacrifices . Cette leon a dailleurs mrit deux mentions dans le
Nouveau Testament, la premire dans Matthieu 9:13, la seconde dans Matthieu
12:7. Pourquoi, alors, le clerg sentte-t-il enseigner que Jsus devait
tre sacrifi? Et sil avait vraiment t envoy dans cet objectif unique,
alors pourquoi a-t-il implor Dieu de le sauver?

Peut-tre la prire de Jsus
sexplique-t-elle par Hbreux 5:7, qui dit que puisque Jsus tait un homme
vertueux, Dieu rpondit sa prire et le sauva de la mort :  Ainsi,
au cours de sa vie sur terre, Jsus, avec de grands cris et des larmes, a
prsent des prires et des supplications celui qui pouvait le sauver de la
mort, et il a t exauc, cause de sa soumission Dieu.  Donc, Dieu a
rpondu ses prires.

Cela ne suggre-t-il pas quen
premier lieu, Jsus na peut-tre pas t crucifi?

Mais prenons un peu de recul et
posons-nous la question : pourquoi devons-nous croire pour tre sauvs? Dune
part, on voit le pch originel comme un problme dont on ne peut se dfaire,
quon y croit ou non. Dautre part, on croit que le salut nest possible qu
condition de croire la crucifixion et lexpiation de Jsus. Dans le
premier cas, aucune croyance nest ncessaire; dans le deuxime, il est
obligatoire dy croire. Puis, une autre question vient lesprit :
 Jsus a-t-il pay le prix ou non?  Sil a pay le prix, alors nos
pchs sont pardonns, quon y croit ou non. Sil na pas pay le prix, cela
na aucune importance de toute faon. Le pardon na pas de prix. Une personne
ne peut prtendre oublier la dette de quelquun, puis exiger son
remboursement. Largument selon lequel Dieu ne pardonne qu condition de
recevoir un sacrifice en change (sacrifice dont Il affirme ne pas vouloir dans
Ose 6:6, Matthieu 9:13 et 12:7) dfie toute analyse rationnelle. Alors do
cette ide peut-elle bien venir? Selon les critures (i.e. les critures
anonymes mentionnes plus haut), elle ne vient pas de Jsus. De plus, le
concept chrtien du salut dpend du concept du pch originel et nous devons
nous poser la question savoir pourquoi nous devrions croire un tel concept
si nous ne pouvons le soutenir par des preuves.

Mais a, cest une autre
histoire.

 

Sign :

Anonyme (je plaisante)

 

Copyright 2008 Laurence B. Brownutilis avec sa permission.

Le site web de lauteur se
trouve ladresse suivante : www.leveltruth.com
Il est lauteur de deux ouvrages de religion compare intituls MisGoded
et Goded et du livre islamique Bearing True Witness. Ses livres
sont disponibles sur Amazon.com.

 


Footnotes:

[1] Ehrman, Bart D. Lost Christianities. p.
3, 235. Voir aussi Ehrman, Bart D. The New Testament: A Historical Introduction
to the Early Christian Writings. p. 49.

[2] Stanton, Graham N. p. 19.

[3] Buttrick, George Arthur (Ed.). 1962
(1996 Print). The Interpreters Dictionary of the Bible. Volume 4.
Nashville: Abingdon Press. pp. 594595 (Under Text, NT).

[4] Ibid., The New Testament: A Historical
Introduction to the Early Christian Writings. p. 12.

 

Related Posts

  • No Related Posts