W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

Doit on passer ses mains mouillées sur ses bottes quand on se purifie suite à une secrétion de semence?

 

Louanges à Allah

Premièrement, le madhy (semence) est impur. Sa sécrétion entraîne
la rupture des ablutions à l’avis unanime des ulémas. An-Nawawi (Puisse Allah
lui accorder Sa miséricorde) a dit : « La Umma tout entière est d’avis que les
semences dites madhy et wady sont impures.» (Extrait de Charh
at-Tahdhiib
,2/571. Il poursuit: Ibn al-Moundhir a dit qu’ils (les ulémas)
sont tous d’avis que les ablutions sont rompues par la défécation ordinaire,
l’urination, la sécrétion ordinaire du madhy et le pet normal..”
Extrait de Charh al-Mouhadhdhab (2/6).

Deuxièmement,  ce qui
est obligatoire en matière de purification due à la secrétion du madhy
consiste en deux choses. La première est de se laver le pénis et ses environs
immédiats pour les débarrasser des traces de madhy ,conformément à ce
qui est déjà dit sur son impureté. La seconde est de procéder à des ablutions
quand on veut accomplir la prière ou faire un acte qui nécessite des ablutions
car la secrétion du madhy entraîne la rupture des ablutions comme il est
déjà indiqué dans le cadre de la réponse donnée à la question
n° 2458.

S’agissant du lavage des traces du madhy, il suffit
pour le faire de laver l’organe souillé. A cet égard , il est évident que le
massage de bottes est inconcevable. Quant aux ablutions à faire après la
secrétion du madhy, elles sont identiques à celles à faire à la suite de
la survenue d’un facteur de rupture des ablutions. Si l’intéressé avait acquis
la propreté rituelle au moment où il chaussait les bottes, il lui est permis de
se contenter de passer ses mains mouillés la-dessus, comptre tenu de ce hadith
de Safwan ibn Assal (P.A.a) qui dit: « Quand nous étions en voyage, le Messager
d’Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) avait l’ahbitude de nous donner
l’ordre de porter nos bottes durant 
trois jours et trois nuits , même après la défécation et l’urination, à
l’exception du cas où il nous arrivait de contracter la souillure majeure.»
(Rapporté par at-Tirmidhi,96 et par Ibn Madjah,478 et par d’autres et jugé
authentique par al-Albani dans Miskaat al-Masaabiih n° 520.

Cela indique qu’il est permis de passer ses mains moulliées
sur des bottes à la suite  de l’avènement
des causes de rupture des ablutions mineures. Quant à la soullure majeure, elle
nécessite les grandes ablutions au cours desquelles il n’est pas permis de
passer les mains mouillées sur les bottes (il faut les ôter pour laver les
pieds).

 

Related Posts

  • No Related Posts