W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

Le jugement du retrait du niqab à l’étranger

 

Louanges à Allah

Premièrement, la femme
doit couvrir tout son corps, y compris le visage, en présence d’hommes qui lui
sont étrangers selon l’avis le mieux argumenté comme il a été expliqué dans le
cadre de la réponse donnée à la question n° 11774.

La femme doit se
habiller comme indiquer, même si elle se retrouvait dans une société non
musulmane, par obéissance pour son Maître, par attachement à sa religion. Les
regards des autres  et la curiosité
qu’ils expriment ne lui portent aucune atteinte. Cette attitude change souvent
après peu de temps dès que la femme devient familière à son environnement.

Pour les jurisconsultes,
le séjour du musulman en pays mécréant est soumis à la condition de sa capacité
de vivre sa religion publiquement. S’il ne le peut pas, il lui est interdit d’y
séjourner et il doit émigrer dès que possible. Voir à toutes fins utiles la
réponse donnée à la question n° 146854.

Deuxièmement, il n’ y a
aucun inconvénient  à porter une veste en
temps de froid à condition de la couvrir par une autre
vêtement car cela permet d’éviter l’apparition de la taille des épaules et du
physique.

Troisièmement, il est
permis à la femme de se rendre toute seule à son lieu de travail à condition
que sa sécurité y soit assurée et qu’elle n’y soit pas en intimité avec des
hommes. Ce qui est le cas si la porte de la pièce dans laquelle elle travaille
reste ouverte ou si la pièce est transparente, etc. et si elle ne parle qu’en
cas de nécessité.

Cheikh Ibn Outhaymine (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) a été
interrogé en ces termes: «J’ai entendu qu’il est permis à la femme de pratiquer
la vente et l’achat..Est-ce
permis, si la femme porte le voile?» Voici sa réponse: «Oui, il est permis à la
femme de vendre, d’acheter et de louer à condition que cela n’entraîne une
situation que la loi appréhende. Cela s’est toujours passé au sein des
musulmans. Une esclave du nom de Bariira alla
demander à Aicha (P.A.a) de l’assister à se racheter.
Aicha l’acheta aux  siens. C’est comme ça
que les gens se comportent aujourd’hui dans les marchés. Une femme se rend
auprès d’un boutiquier et lui achète ce qu’elle veut. Une autre met en location
des propriétés immobilières. L’important est que la femme peut vendre ou
acheter  à condition que cela n’entraîne
quelque chose que la loi appréhende. En présence de quelque chose
d’appréhensible comme la cohabitation étroite avec les hommes, cela devient
interdit.» Extrait de fatawa nouroune ala ad-darb.
Voir à propos de la conduite par la femme d’un véhicule la réponse donnée à la question n°
45880.

Allah
le sait mieux.

 

Related Posts

  • No Related Posts