W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

NOUVEL ARTICLE: Chapitre 109, Al-Kafiroon (Les mécréants)

 

Introduction

Bien
que les Arabes, avant lislam, ne niaient pas lexistence de Dieu, ils ne Le
voyaient pas comme un dieu unique et ternel. Leur comprhension de Dieu tait
errone et ils ne Ladoraient pas comme Il mrite de ltre. Ils Lui
attribuaient des associs, des idoles qui taient censes reprsenter leurs
anctres, de mme que des anges quils prtendaient tre les filles de Dieu.
De plus, ils croyaient en un lien de  parent  entre Dieu et les
djinns. Malgr leur croyance en Dieu, le polythisme auquel ils sadonnaient corrompait
leurs concepts, leurs traditions et leurs rites, au point o ils accordaient
leurs prtendues dits une portion de leur salaire et de leurs biens et
certains allaient mme jusqu leur offrir leur progniture.

Quand le prophte Mohammed (que la paix
et les bndictions de Dieu soient sur lui) a dclar que sa religion tait la
mme que celle dAbraham, les polythistes de La Mecque rpliqurent quils
navaient donc aucune raison de changer de religion, car ils suivaient eux
aussi la religion dAbraham. Puis, ils cherchrent faire un compromis avec
lui en proposant de se prosterner devant son Dieu sil acceptait de se
prosterner devant leurs dits. Ils lui demandrent galement de cesser de
critiquer leurs dits et leur religion, en change de quoi ils feraient de mme
avec sa religion.

Cette confusion dans leurs concepts,
parfaitement illustre par le fait quils adoraient toutes sortes de dits
tout en croyant en Dieu, est sans doute ce qui les amenait croire que le
gouffre qui les sparait de Mohammed ntait pas infranchissable. Ils
croyaient quun accord tait possible, o les deux camps auraient coexist aprs
lui avoir accord certaines concessions.

Cette sourate au ton dcisif fut
rvle pour couper court leurs arguments et pour tablir une distinction
claire entre les deux formes dadoration.

Versets 1-5 Les croyants condamnent les
fausses divinits des mcrants

Usant de la ngation, de laffirmation
et de lemphase, la sourate rend un message trs clair. Elle dbute avec le
mot  Dis , qui est un ordre divin adress au Prophte et qui laisse
entendre que les dcisions, en matire de religion, nappartiennent qu Dieu.  Dis :
vous les mcrants!  Je nadore pas ce que vous adorez. Et vous nadorez pas
ce que jadore.  (verset 1) Les mcrants ne suivent aucune religion
prescrite par Dieu et il ny a aucun point de convergence possible entre leurs
croyances et celles des musulmans. Le dbut de cette sourate souligne donc des
diffrences normes qui ne peuvent tre ignores ni prises la lgre.

Ces versets affirment clairement
quaucun compromis nest possible, avec les mcrants, en matire dadoration.
Selon certains rudits musulmans, la rptition, dans cette sourate, vise
souligner limportance de ce fait. Dautres affirment que cette rptition
vise rejeter les propositions rptes des leaders de Qouraysh qui voulaient
que le Prophte intgre dans sa religion certaines parties de la leur (Coran
39:64). Enfin, dautres croient que ces affirmations font rfrence au prsent
et au futur, comme si elles cherchaient dire :  En ce moment, je
nadore pas ce que vous adorez et vous nadorez pas ce que jadore et, dans le
futur, je nadorerai jamais ce que vous adorez et vous nadorerez jamais ce que
jadore. 

Verset 6 La croyance, lincroyance et le
pluralisme religieux

Tout cet argument est rsum dans le
dernier verset :   vous votre religion et moi la mienne ,
qui affirme sans quivoque que vous et moi (Mohammed) sommes trs loigns et
quaucun compromis ne sera jamais possible entre nous. Une telle dclaration
tait essentielle pour mettre en lumire les contradictions et les diffrences
fondamentales dans lessence, la source et les concepts de ces deux systmes de
croyances, i.e entre le monothisme pur et le polythisme. La foi est le mode
de vie qui dirige lhomme vers Dieu et dtermine la source de sa religion, ses
lois, ses valeurs, ses critres, son thique et sa moralit. Cette source est
Dieu. La vie du croyant est dpourvue de toute forme didoltrie, laquelle est
situe aux antipodes de la foi vritable. Et les deux ne se croisent jamais.

Dune part, cette sourate constitue une
critique, mais dautre part, elle sous-entend que les croyants ne devraient pas
argumenter avec les mcrants lorsque ceux-ci senttent dans leur faon de
faire. Il faut simplement les laisser poursuivre leur chemin et cest Dieu
qui, ultimement, les jugera.

 

Related Posts

  • No Related Posts