W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

NOUVEL ARTICLE: Connaître Dieu, connaître le bien : Dieu et la moralité objective (partie 2 de 3)

 

Le dilemme
dEuthyphron

De nombreux athes rpondent cette question sur la
moralit en citant le dilemme dEuthyphron :
Une chose
est-elle moralement bonne parce que Dieu la commande ou Dieu commande-t-Il une
chose parce quelle est moralement bonne?

Le dilemme pose un problme pour le
thiste qui croit en un Dieu Tout-Puissant parce quil le contraint croire en
lune ou lautre de ces prmisses : soit la moralit est dfinie par le
commandement de Dieu, soit elle est indpendante de Son commandement. Si la
moralit est base sur le commandement de Dieu, le bien et le mal deviennent
arbitraires. Si tel est le cas, il ny a rien que nous, humains, puissions
reconnatre comme objectivement mauvais. Cela impliquerait quil ny ait rien
dintrinsquement mal dans le fait, par exemple, de tuer des gens innocents,
car Dieu naurait appos cet acte une tiquette  mauvais  que de
faon arbitraire. Lautre facette de ce dilemme implique que des normes
morales existeraient de faon indpendante, sans lien avec lessence et la
nature de Dieu, et que Dieu Lui-mme serait oblig de se plier ces normes. Cette
ide est inacceptable pour le thiste, car elle le contraint reconnatre que
Dieu nest pas Tout-Puissant ni indpendant et quIl doit se plier des normes
indpendantes de Lui.

prime abord, ces arguments peuvent
sembler valides. Mais une bonne rflexion nous le fait voir comme un faux
dilemme. Car il y a une troisime possibilit: Dieu est bon. Dans son ouvrage
intitul The Quran and the secular mind (Le Coran et la pense laque),
Shabbir Akhtar, professeur de philosophie, explique :

 Il y a une troisime
alternative : un Dieu moralement stable, tel quon Le retrouve dans les
critures, un tre suprme qui ne change pas davis de manire arbitraire sur
le caractre bon de la compassion et le caractre mauvais des comportements
sexuels dplacs. Un tel Dieu commande toujours le bien parce que Son
caractre et Sa nature sont empreints de bont inhrente. [1]

Ce que dit le professeur Akhtar, cest
quil existe bel et bien des normes morales, mais contrairement ce que laisse
entendre le dilemme, elles ne sont pas indpendantes de Dieu, mais dcoulent de
Sa nature. Les musulmans et les thistes en gnral croient que Dieu est bon
et parfait. Ainsi, des normes morales parfaites et non-arbitraires sont
inhrentes Sa nature. Cela signifie que les actions dun individu par
exemple, le meurtre dinnocents ne sont pas arbitrairement mauvaises, car
elles sont juges sur la base de normes morales objectives. Mais il ne faut
pas croire que Dieu serait soumis ces normes morales parce quelles font
partie de Son essence. Elles dfinissent Sa nature, mais ne sont pas indpendantes
de Lui.

La rponse habituelle dun athe
serait :  Il faut dabord savoir ce quest le bien pour pouvoir
dfinir Dieu comme bon; il est donc impossible de rsoudre ce problme .
Une rponse simple serait plutt que cest Dieu qui dfinit ce quest le bien.
Il est le seul tre qui mrite dtre ador, car Il est parfait. Le Coran
affirme :

 Votre Dieu est un Dieu unique. Nul ne
doit tre ador en dehors de Lui, le Tout Misricordieux, le Trs
Misricordieux.  (Coran 2:163)

 Cest
Lui, Dieu, en dehors de qui il ny aucune autre divinit, le Connaisseur de
linvisible et du visible; Il est le Tout Misricordieux, le Trs
Misricordieux. Cest Lui, Dieu, en dehors de qui il ny aucune autre divinit,
le Seigneur souverain, le Pur, lApaisant, le Rassurant, le Gardien, le
Puissant, le Contraignant, le Suprme. Gloire Dieu! [Il est] bien au-dessus
de tout ce quils Lui associent. Cest Lui, Dieu, le Crateur, Celui qui donne
un commencement toute chose et qui en dtermine la forme. Les plus beaux
noms Lui appartiennent. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre Le
glorifie, et cest Lui le Puissant, le Sage.  (Coran
59:22-24)

En rsum, les vrits morales sont
drives de la volont de Dieu, laquelle sexprime travers Ses
commandements. Et Ses commandements ne contredisent point Sa nature, qui est
parfaitement bonne, sage, pure et parfaite.

Existe-t-il
des fondements alternatifs aux rgles morales objectives?

De nombreux athes affirment quil
existe des explications alternatives pouvant expliquer pourquoi certaines
rgles morales sont objectives. Ces explications incluent la biologie, la
pression sociale et le ralisme moral.

 

Biologie

La biologie peut-elle expliquer la
moralit objective? Une rponse simple est non. Charles Darwin fournit un
 exemple extrme  intressant de ce qui se produit lorsque la
biologie ou la slection naturelle constitue le fondement de la moralit. Il
affirme que si nous tions le rsultat dun ensemble diffrent de conditions
biologiques, alors ce que nous considrons comme moralement objectif pourrait
tre totalement diffrent. Il crit :  Si lhomme tait lev
dans exactement les mmes conditions que les abeilles, il ne fait aucun doute
que les femmes non-maries considreraient, comme les abeilles ouvrires, quil
est de leur devoir sacr de tuer leurs frres. Les mres, elles, tueraient
leurs filles fertiles et personne ne songerait intervenir. [2]

Autrement dit, si les rgles morales
dpendaient de la biologie qui, elle, est constamment sujette aux changements,
elles seraient elles aussi sujettes ces changements et ne sauraient donc tre
objectives. Si lon sinspire de lexemple de Darwin, si nous tions levs
dans les mmes conditions que le requin-nourrice, nous trouverions acceptable
de violer notre partenaire, puisque ce type de requin se bagarre toujours avec
son partenaire.[3] Certains rpondent cela en affirmant que cest justement la slection
naturelle qui constitue la base de notre sens de lobjectivit morale. Mais
cest faux. Conceptuellement, tout ce que peut faire la slection naturelle
est de nous donner la possibilit de formuler des rgles morales qui nous
aideront survivre et nous reproduire. Comme lcrit le philosophe Philip
Kitcher:  Tout ce que la slection naturelle peut avoir fait, pour nous,
cest de nous doter dune capacit pour divers agencements sociaux et pour
formuler des rgles thiques. [4]

Maintenir que la biologie procure des
bases pour tablir des rgles morales dpouille de tout sens ces mmes rgles;
elles deviennent insenses, car elles ne sont que le rsultat de changements
biologiques non-rationnels et inconscients. Cependant, le fait que la moralit
provienne de commandements divins lui donne un sens, car tre une personne morale
revient respecter ces commandements. Autrement dit, nous avons des devoirs
moraux envers Dieu. Nous ne pouvons devoir quoi que ce soit un ensemble de
molcules.

Pression
sociale

La seconde alternative est la pression
sociale, ou le consensus. Cest l que nombre dathes et dhumanistes trouvent
difficile de sen sortir, philosophiquement parlant. Si la pression sociale
constitue rellement la base de la moralit objective, cela la rend trs
relative, car elle est sujette des changements sociaux invitables. Ensuite,
cela mne des absurdits morales. Si lon accepte le consensus comme
fondement la moralit, comment justifier notre position morale envers les
Nazis lors de la Seconde Guerre Mondiale? Comment pouvons-nous prtendre que
ce quils ont fait tait, objectivement, moralement mauvais? Cest
impossible. Mme si lon souligne que certaines personnes, en Allemagne, ont
combattu les Nazis, il demeure quil existait un consensus important ayant
permis de soutenir ce mal. Il existe, dans lhistoire de lhumanit, de
nombreux autres exemples similaires.

Le
ralisme moral

La dernire alternative est le ralisme
moral. Le ralisme moral, que lon appelle aussi lobjectivisme moral, est
cette vision selon laquelle les rgles morales sont objectives et indpendantes
de notre esprit et de nos motions. Mais la diffrence entre le ralisme moral
et ce que cet article dfend est que ceux qui soutiennent le ralisme moral
affirment quil ne ncessite aucun fondement. Ainsi, des vrits morales
telles la compassion, la justice et la tolrance nexisteraient que de faon
objective.

Il y a certains problmes avec cette
position. Dabord, comment affirmer que la justice ou que les valeurs morales
objectives existent delle-mme? Ces affirmations sont contraires
lintuition et dpourvues de sens. Il faut comprendre que si les rgles
morales sont objectives (en ce sens quelles existent en dehors des opinions
personnelles des individus), elles requirent forcment une explication
rationnelle. Ensuite, la moralit ne se limite pas reconnatre des valeurs
comme la compassion ou la justice; elle implique un sens du devoir : nous
sommes obligs dtre compatissants et justes. Dans un contexte de ralisme
moral, de telles obligations sont impossibles, car reconnatre quune vrit
morale est objective nassure pas que nous soyons obligs de la mettre en
pratique. Une obligation morale ne dcoule pas spontanment du fait de
reconnatre quelle est objective. Mettre en pratique une obligation morale
na de sens que si elle est due. Le ralisme moral napporte aucun incitatif
se sentir oblig dtre moral. Mais si ces vrits morales sont issues de
commandements divins, non seulement sont-elles objectives, mais elles
justifient lobligation dtre moral, i.e. un devoir dobir aux commandements
de Dieu.

Il est donc vident que lobjectivit
morale requiert lexistence de Dieu, car Il est extrieur lunivers.


Note de bas de page:

[1] Akhtar, S. (2008) The Quran and the Secular Mind (Le Coran et la
pense laque). Abingdon: Routledge, p.99.

[2] Darwin, C. (1874) The Descent of Man and Selection in Relation to
Sex (La filiation de lhomme et la slection lie au sexe). 2e dition, p. 99. Disponible
ici (en anglais): http://www.gutenberg.org/ebooks/2300 [Accessed 4th October
2016].

[3] National Geographic (1996). Sharks in Love (Requins amoureux). Disponible ici (en anglais):
http://video.nationalgeographic.com/video/shark_nurse_mating [Accessed 24th
October 2016].

[4] Cit dans Linville, M. D. (2009) The Moral Argument (Largument
moral).
Dans Craig, W. L. et Moreland, J. P. (ed.). The
Blackwell Companion to Natural Theology. West Sussex:
Wiley-Blackwell, p. 400.

 

Related Posts

  • No Related Posts