W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Home » islam »

Que doit faire celui qui contracte un prêt pour construire une mosquée avant de savoir qu’il est assorti d’un taux d’intérêts?

 

Louanges à Allah

Premièrement, il n’est
pas permis au musulman de souscrire un prêt assorti d’intérêts, même s’il le
faisait pour accomplir une bonne œuvre comme la construction d’une mosquée ou
d’une école pour la mémorisation du Coran ou consort. Car Allah est bon et Il
n’accepte que ce qui est bon..

On lit dans la première
collection des fatwas de la Commission Permanente (13/295): «Nous sommes un
groupe de musulmans marocains résident en Allemagne. Nous disposons d’un local
loué pour y organiser toutes les prières quotidiennes, celles du vendredi et
celles des Fêtes. Vu l’importance du nombre des prieurs -Allah soit loué-, Le
Gouvernement allemand nous a interdit 
d’y célébrer la prière en raison de son exigüité
et son emplacement inapproprié. Nous avons voulu acheter un terrain situé hors
de la ville et le Gouvernement allemand a donné son accord pour l’achat du
terrain. Celui-ci coûte trois millions et demi de marks. Nous possédons un millions de marks et demi.

«Nous est-il permis
d’emprunter le reliquat  à une banque
usurière afin d’acheter le terrain sous prétexte de nous trouver dans un cas de
contrainte? Si le terrain état acheté grâce à un tel prêt, serait-il permis de
prier dans la mosquée qu’il abrite en attendant de trouver d’autres lieux de
prières dans la localité? Dites-nous ce qu’il en est? Puisse Allah vous
récompenser par le bien.»

Voici leur réponse: «Il
ne vous est pas permis de souscrire un prêt assorti d’intérêts car Allah l’a
interdit et proféré de graves menaces à l’endroit des usuriers. Le Prophète
(Bénédiction et salut soient sur lui ) a maudit le consommateur
du produit de l’usure, son producteur, ses témoins et celui qui l’enregistre.
La pratique de l’usure n’est permise en aucun cas. N’achetez donc pas ce
terrain auquel vous avez fait allusion à moins que vous disposiez d’assez
d’argent sans avoir besoin d’en emprunter à la banque. Priez là où vous pouvez
le faire ensemble ou séparés où à différents endroits.»

Deuxièmement, celui qui
emprunte ou prête de manière usurière tout en ignorant l’interdiction de son
acte n’encourt rien par rapport au passé. Pour l’avenir, il doit éviter une
telle opération, en vertu de la parole du Très-haut: «Celui, donc, qui cesse
dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il
a acquis auparavant; et son affaire dépend d’Allah.» (Coran,2:275)
et de la parole du Très-haut: «Ô les croyants! Craignez Allah; et
renoncez au reliquat de l’intérêt usuraire, si vous êtes croyants.» (Coran,2:278).

Cela étant, du moment
que le souscripteur dudit  prêt ignorait
l’interdiction de l’usure ou ignorait que l’opération qu’il avait menée
relevait de l’usure, il n’a commis aucun péché vu son ignorance. On ne lui
donne pas l’ordre d’annuler ce qui a résulté de son prêt comme effets,
notamment la construction de la mosquée et consort. Voir à toutes fins utiles
la réponse donnée à la question n° 104636 et
la réponse donnée à la question n° 22905.

Allah
le sait mieux.

 

Related Posts

  • No Related Posts